La perspective
avec DxO ViewPoint

Intervenir sur la géométrie de l'image



 
DxO ViewPoint propose les outils nécessaires à la correction optimisée
de la géométrie des scènes photographiées.

Ce tutoriel est aussi une réflexion sur la correction de la perspective en photographie.

Vos remarques et commentaires sont les bienvenus: tuto.dxo [at] free.fr
Gérard THOMAS - Avril 2019
Collaboration et mise en pages de Pascal PELÉ


 


Les différentes versions de Viewpoint

La correction de la Distorsion
La correction manuelle de la distorsion

La correction de l'Horizon
Les cas où elle n'est pas nécessaire - Les cas où elle s'impose

La correction Automatique de l'Horizon

La correction Manuelle de l'Horizon
Utiliser un élément vertical - Utiliser un élément horizontal
Déterminer la ligne d'horizon - Repérer la ligne d'horizon

La correction de la Perspective
Faut-il corriger complètement la perspective ?
Prévoir la correction de perspective dès la prise de vue

La correction Automatique de la Perspective et le Recadrage
Moduler l'intensité de la correction - Limiter la correction auto à la direction V ou H

La correction de la Perspective à l'aide de lignes et points
Forcer les parallèles - Par le rectangle - Outils 8 points

La correction Manuelle de la Perspective
Correction Haut / Bas - Correction Droite / Gauche - Rapport H/V

La correction de la Déformation du Volume
Correction automatique - Correction manuelle
Correction de type Diagonale  - Verticale / Horizontale

Utiliser les corrections de manière Créative
Donner un aspect ludique - pour un rendu esthétique ou artistique

L'Effet miniature








<<< HOME   Tutos DxO ==

  





Site conçu pour
être affiché
avec Firefox sur
écran HD 1920 x 1080

Cliquer sur les illustrations
pour les agrandir

Actualiser (F5) pour relancer 
les animations à leur début


Les différentes versions de ViewPoint

La licence est unique pour les trois applicatifs:
* Version intégrée dans DxO PhotoLab (et DxO OpticsPro)
* Version indépendante (standalone)
* Module externe (plug-in) pour Photoshop, Photoshop Elements, Lightroom et Aperture

Quel que soit le support les outils sont identiques.


* Dans la version de ViewPoint intégrée de PhotoLab les outils sont disponibles via deux palettes.
- Palette "Géométrie": Réglages d'horizon, de recadrage et de distorsion (de base dans PhotoLab)
- Palette "ViewPoint": Les autres réglages spécifiques à ViewPoint

C'est la seule version qui bénéficie du traitement paramétrique sans quitter le flux de travail raw.
Elle permet donc de reprendre les corrections après enregistrement.


* La version indépendante ViewPoint ouvre des images JPEG ou TIFF (8 et 16 bits).

Elle est pratique pour corriger les fichiers JPEG directs des boîtiers.


* Procédure de développement d'une photo et correction de la perspective avec ViewPoint module externe pour Adobe: Photoshop - Photoshop Elements et Aperture

Séquence d'ouverture de ViewPoint dans Photoshop (pour un raw):
- Photoshop: Ouvrir un fichier raw (via
Camera Raw)
-
Camera Raw: Développement de la photo et retour à Photoshop
- Photoshop: Appel du module ViewPoint et transmission automatique d'une image RVB 
- ViewPoint: Correction de l'image et renvoi à Photoshop


Séquence d'ouverture de ViewPoint module externe pour Lightroom:
-
Lightroom: Ouvrir et développer un fichier raw
- Lightroom: Appel module ViewPoint et transmission d'un fichier JPEG ou TIFF (8 et 16 bits)
  Préférer export TIFF 16bits sans compression
 
- ViewPoint: Correction de l'image 
- ViewPoint: Enregistrement du fichier RVB et retour à Lightroom  


Les illustrations du tutoriel sont réalisées avec ViewPoint standalone afin de faciliter la lecture pour les utilisateurs qui n'ont pas l'habitude de l'interface de PhotoLab.

Il y a plusieurs façons de manipuler les curseurs.
- Entrer directement au clavier une valeur numérique
- Cliquer sur le curseur, agir sur la molette pour le déplacer par pas prédéterminés
- Déplacer le curseur et en le maintenant appuyé
  PhotoLab uniquement: Déplacer le curseur tout en éloignant le pointeur
  vers le bas ou le haut permet de régler les valeurs plus finement
- Double-cliquer sur le curseur le ramène à sa valeur par défaut

Réinitialisation des corrections:
-
ViewPoint: Cliquer sur la flèche "demi-tour" en haut et à droite de chacune des palettes
- Photolab: Double-cliquer sur le curseur ou sur l'icône d'annulation pour la palette "Perspective"



ViewPoint intégré dans PhotoLab

Version indépendante ViewPoint



ViewPoint module externe pour Lightroom


ViewPoint module externe pour Photoshop

 
La correction de la Distorsion


Avant de procéder à une correction de géométrie de l'image il est indispensable de corriger préalablement la distorsion de l'objectif.


Un objectif grand angle est généralement plus affecté par la distorsion qu'une longue focale. Mais c'est précisément avec les grands angles que le besoin de redresser l'horizon et / ou corriger les perspectives se fera le plus sentir.
D'où la nécessité de soigner cette étape pour un résultat parfait.







Version intégrée à PhotoLab
Cette étape est transparente puisque réalisée automatiquement pour les objectifs pris en charge.

La gestion des modules d'objectifs est une fonction de base de PhotoLab, voir le tuto: "Efficacité avec DxO PhotoLab".


Correction de la distorsion pour un objectif 16mm (format 24x36).



Correction de la distorsion




Version indépendante et module pour PS / PSE / LR
ViewPoint accède à la base d'objectifs caractérisés par DxO et bénéficie de la même correction
automatique de la distorsion que PhotoLab.

Ce qui peut justifier l'utilisation de ViewPoint pour bénéficier de cette correction.


Plusieurs cas se présentent à l'ouverture d'une image en fonction de la présence ou non des données EXIF permettant à ViewPoint de connaître l'objectif utilisé.

* Le module est déjà présent et la correction est appliquée
* Tous les éléments nécessaires ont été trouvés dans les EXIF. Une boîte de dialogue s'ouvre, le module est importé et la correction est appliquée
* Il n'y a pas de métadonnées EXIF ou elles ne permettent pas de déterminer de quel objectif il s'agit.
ViewPoint demande à "Ouvrir l'image originale", le fichier (JPEG ou raw) issu de l'APN. Lorsque le module est chargé, le modèle du boîtier, l'objectif et le nom du fichier de l'image originale sont affichés, et la correction est automatiquement disponible
* Les éléments ont bien été trouvés dans les EXIF mais il n'existe pas de module correspondant pour l'objectif. Dans ce cas seul le réglage manuel est possible (bouton Auto grisé)



Ouverture de ViewPoint



La correction manuelle de la distorsion

ViewPoint propose des outils selon les trois types de distorsion. 
- En barillet
- En coussinet
- Issue de fisheye

* Un monument pris de face: La distorsion est souvent bien visible et facilement corrigeable
* Un paysage sans repères visuels (bâtiments, monuments) particuliers. Comme il est rare que l'on utilise ensuite la correction de perspective, il peut alors être préférable de ne rien corriger.


Corriger la distorsion est une obligation avant la correction de perspective et / ou de volume.


Un monument pris de face avec un objectif grand angle de 28mm (format 24x36).
Si on se réfère à la ligne de pavés au bord de l'image il y aurait une légère distorsion en barillet. L'examen d'autres photos, prises au même moment, montre que le milieu du passage pavé est légèrement bombé et que les 4 plots centraux ont leur sommet situé sur une même ligne droite. C'est donc sur ces plots que doit se baser la correction.
Il faut être sûr des repères sur lesquels on s'appuie.




Correction manuelle de la distorsion


La distorsion est constante pour une focale donnée (sauf certains zooms à courte distance). Une manipulation simple consiste à photographier n'importe quelle forme géométrique aux lignes droites (encadrement de porte, ...) en la plaçant au plus près du bord du cadre et noter la valeur de la correction.
Pour une focale fixe c'est suffisant. Pour un zoom il faudra répéter l'opération pour les focales principales.

Cette manipulation est plus longue à décrire qu'à mettre en œuvre.

Photo issue d'un objectif vintage de 35mm avec une distorsion complexe "en moustache".
La correction complète de la qualité des modules de DxO n'est évidemment pas possible dans ce cas. La correction manuelle est une alternative très acceptable et largement supérieure à l'absence de correction.


Examiner une photo test suivant la méthode ci-dessus. La distorsion est majoritairement en barillet et le meilleur résultat est obtenu avec une valeur de 30. Il reste des défauts dans les angles qui ne pourront pas être totalement corrigés mais les dégâts sont réduits au minimum. Les valeurs de correction ainsi réalisée seront reconduites pour toutes les photos.



Les utilisateurs de PhotoLab Elite peuvent créer un autoréglage partiel de ces corrections pour l'appliquer ensuite à chaque nouvelle photo de cet objectif.

(suite du commentaire sur l'illustration) Scan d'une diapositive prise avec cet objectif
La déformation en barillet n'est pas perceptible d'emblée. Les valeurs de corrections déterminées suivant la procédure précédente sont appliquées à toutes les photos prises avec cet objectif.

 


Correction permanente de la distorsion


La correction de l'Horizon

L'étape suivante consiste à corriger l'horizon. Cette correction paraît simple mais elle doit être très précise si l'on doit intervenir ensuite sur la perspective.


Les cas où il n'est pas nécessaire de corriger l'horizon
* Quand le photographe a volontairement appliqué un angle important à la prise de vue.
Cas courant en reportage d'action et en photo de rue (street photo) où la spontanéité prime généralement. Cet angle doit être suffisamment perceptible pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté sur l'intention de départ. Corriger n'aurait alors aucun sens.
* S'il n'y a pas de repère horizontal présent dans le cadre.
Cas courant des
photos d'intérieur prises en plongée ou contre plongée. Il convient d'aligner la verticale sur le sujet principal même s'il est décentré.
Il est rare que l'on corrige la perspective dans cette situation et cela n'empêche pas d'utiliser ensuite la correction de déformation de volume.
* Lorsqu'il n'y a pas de repères d'horizon ou de verticales exactes dans l'image.
Il est courant
en forêt que les arbres penchent légèrement dans la même direction. Ils sont alors perçus plus naturellement que s'ils sont montrés verticaux.

Les cas où corriger l'horizon s'impose

Pratiquement tous les autres et tout particulièrement.
* Lorsque le cadre comporte une horizontale pure (les paysages marins particulièrement)

C'est le syndrome de la "mer qui se vide" où un léger défaut d'horizontalité peut être vécu comme insupportable par certains spectateurs.
* La photographie d'éléments architecturaux (paysages urbains, monuments, etc...)
* Si le sujet se reflète selon un plan naturel horizontal (plan d'eau, surface réfléchissante)
* Lorsque l'étape suivante est de corriger manuellement la perspective (voir le chapitre)

 



La correction Automatique de l'Horizon

La correction automatique de l'horizon est un outil particulièrement efficace si ViewPoint trouve dans la photo suffisamment d'éléments horizontaux ou verticaux, même de taille réduite.

La présence de verticales est particulièrement favorable à la réussite de la correction.

Depuis la palette "Horizon" 
- ViewPoint: Bouton "Auto" 
-
PhotoLab: Baguette magique  

L'affichage de la grille permet de visualiser avant correction les défauts d'horizon avant la correction et leur ampleur, et la validité du redressement proposé après correction.

Afficher la grille
-
ViewPoint: Bouton de la barre des outils (touche G)
- PhotoLab: Menu: Affichage - Grille (Ctrl/Cmd+ G)


Il n'y a pas lieu de corriger l'horizon si on souhaite utiliser ensuite la correction automatique de perspective, laquelle s'en charge dans son processus.

Un horizon marin légèrement penché. Le résultat automatique est parfait.

Ici, l'horizon est centré sur le cadre et, de ce fait, peu affecté par les éventuels défauts de distorsion de l'optique. Lorsque qu'il est proche d'un des bords, inférieur ou supérieur, il peut être marqué de distorsion parfois très importante.




Horizon marin











ViewPoint échoue parfois à réaliser une correction automatique satisfaisante. Le plus souvent cet échec est dû à des éléments perturbateurs.
Par exemple la présence de lignes obliques sans autres références verticales ou horizontales, ou encore des lignes parallèles non verticales majoritaires dans la photo.
L'erreur de correction est le plus souvent particulièrement visible.


Ici, un exemple significatif de ces cas où malgré la présence de bâtiments au second plan ViewPoint semble ne pas apprécier la sculpture moderne monumentale !



Echec de la correction Auto de l'horizon


La correction Manuelle de l'Horizon

Il est nécessaire d'effectuer la correction manuelle de l'horizon lorsque le résultat de l'étape auto n'est pas satisfaisant et en préliminaire à une correction manuelle de la perspective.


La difficulté est de trouver le bon élément réellement horizontal sur lequel s'appuyer.
Dans notre environnement contemporain ce sont les lignes verticales qui sont les plus courantes. Trouver une verticale passant par le milieu de la photo est relativement aisé, en particulier en photo urbaine ou de monuments.






Un exemple type où la verticale est directement accessible sur le sujet, l'horizontale ne peut pas être déterminée directement. 



Les verticales sont plus courantes


Réussir la correction de l'horizon
Il est important de déterminer quels sont les éléments de référence utilisables dans l'image.
Utiliser un élément horizontal n'est pas toujours indiqué, l'effet de la perspective faisant rapidement perdre l'horizontalité des lignes.
Il est souvent préférable de s'appuyer sur les éléments verticaux de l'image.

Utiliser un élément vertical
Les photographes exigeants recherchent
l'élément vertical médian le plus proche possible de l'axe vertical de l'image. S'il n'y en pas un exactement au milieu il est souvent possible d'interpoler une ligne virtuelle entre deux éléments proches de chaque côté.

L'élément de référence doit évidemment être parfaitement vertical dans la réalité. S'il l'est aussi sur l'image c'est que l'horizon n'a pas besoin d'être corrigé.


Cas des plus classiques où les éléments verticaux ne manquent pas.
Plus la référence verticale est courte, plus le placement des repères doit être précis.


ViewPoint: Depuis la palette "Horizon"
- Bouton "Niveau vertical" - L'outil est positionné au milieu de l'image
- Régler chacune des extrémités. Appuyer simultanément sur MAJ(uscule) pour ralentir

PhotoLab: Depuis la palette "Géométrie / Horizon"
- Bouton "Niveau" - L'outil, une ligne horizontale, est centré sur l'image
- Ignorer la ligne de niveau affichée et cliquer sur le premier point de l'élément de référence
- Maintenir l'appui sur le bouton de souris et régler l'autre extrémité de la nouvelle ligne de niveau qui s'affiche.
ViewPoint comprend qu'il s'agit d'un niveau vertical et le considère comme tel !


Cette procédure fonctionne pour les deux versions

Il n'y a pas de loupe dans PhotoLab. Cette absence est compensée en zoomant (Ctrl+ molette). c'est tout aussi rapide et précis.


Illustration avec une image complexe.
Sur cette photo rien ne semble d'aplomb, il est pourtant nécessaire de corriger l'horizon avant de lui faire subir une correction de perspective. Le problème est de trouver une "vraie" verticale. Ne pas se laisser influencer par la partie basse des murs du fossé.
L'affichage de l'outil vertical montre que l'axe de l'image est presque exactement sur la façade du portail d'entrée massif qui a toutes les chances d'être réellement vertical. Il est alors possible de faire un réglage fin du niveau vertical.
L'angle de correction affiché est de 0°! Cela signifie que l'image, malgré les apparences, est parfaitement calée horizontalement. Par contre il faudra corriger la perspective.



Utiliser un élément vertical

Image complexe








Le reflet sur un plan horizontal
Un objet et son reflet sur un plan d'eau sont rigoureusement situés sur la même verticale. Il est nécessaire que le calage de l'horizon soit parfait.
Le principe est le même que pour les exemples précédents. Pointer un élément vers le milieu de l'image, qui n'est pas nécessairement une ligne, et le relier à son reflet.
Dans la quasi-totalité des cas cette opération doit être suivie du redressement de la perspective afin que tous les objets qui ne sont pas situés exactement au milieu de l'image aient leurs reflets verticaux.



Le reflet sur un plan horizontal.


Utiliser un élément horizontal

Depuis la palette "Horizon"
- Bouton "Niveau horizontal" - même procédure que précédemment



Un plan d'eau dont la rive opposée est située à une grande distance.
Cette photo est l'exemple type d'un sujet à traiter par le redressement manuel de l'horizon. La rive est située à une distance qui commence à être compatible avec l'horizon marin.
La correction automatique n'arrive pas au bon résultat par l'absence de lignes verticales et la ligne "d'horizon" de la rive est perturbée par les vagues et bateaux.
L'œil réussit sans problème à tirer une droite moyenne et exacte. La ligne de référence (rive opposée) n'occupe pas la totalité de l'image mais sa longueur est suffisante pour une correction parfaite.




Il est parfois souhaitable de corriger un "pseudo horizon" gênant, une ligne lointaine penchée en réalité mais qui gagne à être redressée.



Utiliser un élément horizontal


Déterminer la ligne d'horizon


Dans la réalité la ligne d'horizon se situe exactement à hauteur de l'œil, droit devant soi. En photographie, où le capteur est souvent incliné, la ligne d'horizon est rarement sur l'axe de visée (médiane de la hauteur de l'image).

Définir l'horizontale de la photo consiste à s'aligner sur la ligne d'horizon dans la réalité. Cette ligne peut occuper n'importe quelle position sur la hauteur de la photo mais cela à des conséquences sur les lignes verticales.

Cette position dépend de l'orientation bas / haut de l'axe de visée.
* Cas 1: S'il pointe vers le bas (visée en plongée), la ligne d'horizon monte vers le haut de la photo et les verticales pointent naturellement vers le bas.
* Cas 2: Si l'axe de visée est horizontal (boîtier strictement vertical), la ligne d'horizon passe exactement par le milieu de la photo et les verticales sont respectées.
* Cas 3: S'il pointe vers le haut (visée en contre plongée), la ligne d'horizon descend vers le bas. La visée en contre plongée est le cas le plus fréquent pour les photos de bâtiments / monuments. Noter les verticales qui pointent vers le haut.

La difficulté est de trouver le bon élément réellement horizontal qui est souvent plus compliqué à découvrir qu'un élément vertical.



Définition de la ligne d'horizon


Repérer la ligne d'horizon  


Deux règles essentielles pour repérer la ligne d'horizon:
- Règle 1: Elle se situe à hauteur de l'œil du photographe (dans le même plan horizontal)
- Règle 2: Elle est définie par la convergence à l'infini de lignes coplanaires* d'éléments du paysage
  * lignes situées sur un plan horizontal ou vertical  






Les règles de la ligne d'horizon; la convergence des lignes se vérifie.

Ici la ligne d'horizon est déjà connue mais la convergence des lignes permettrait de retrouver la ligne d'horizon si celle-ci n'était pas visible.



Les règles de la ligne d'horizon





Pour corriger la ligne d'horizon il faut d'abord repérer sa position dans l'image !
* Cas le plus simple; un bâtiment vu strictement de face. Dans cette situation toutes les lignes horizontales de la façade sont parallèles entre elles et à la ligne d'horizon.
N'importe laquelle de ces lignes peut servir à corriger l'horizon.
* Un bâtiment ou un paysage urbain vu sous un angle quelconque; Il faut repérer la position de la ligne d'horizon.






Ce bâtiment correspond bien au premier critère.
La prise de vue a été réalisée en légère contre-plongée, la ligne d'horizon se situe approximativement au milieu de la hauteur du quai mais on ne peut pas la définir exactement. Un alignement horizontal significatif de façade est utilisé pour corriger l'horizon.




Bâtiment de face 


Repérer la ligne d'horizon lorsqu'elle n'est pas visible.

Premier indice selon la règle 1:
Une personne est proche de la façade à droite. La ligne d'horizon se trouve probablement à hauteur de ses yeux puisque la photo a été prise avec l'appareil à hauteur d'œil.
La ligne d'horizon serait alors à hauteur du premier barreau de fenêtre.

Constat:
Deux autres personnes au centre de l'image sont par contre nettement en dessous. Soit le sol descend à cet endroit, soit la référence prise n'est pas bonne.

Deuxième indice selon la règle 2:
Les lignes virtuelles du pavage récent (probablement plat) convergent un peu en dessous du premier barreau.

Vérification:
Tous les premiers barreaux de fenêtres ne sont pas sur la même droite: la ligne d'horizon n'est pas située exactement sur ces barreaux, mais un peu en dessous.
Nouvel essai en se calant sur le bas des fenêtres on s'aperçoit qu'ils sont tous situés sur la même ligne droite: C'est bien la ligne d'horizon !




Repérer la ligne d'horizon 1





Repérer la ligne d'horizon à l'aide des plans parallèles des marches d'un escalier.

Ce bâtiment de style néo-renaissance est, à première vue, peu propice à cet exercice. Mais il possède un élément très utile; un escalier.
Si les marches sont bien horizontales une de ces marches est proche de (ou est sur) la ligne d'horizon, c'est la première dont la face supérieure n'est plus visible.

La solution consiste à se caler sur cette marche puis à trouver en partant de ce point les éléments situés sur un même plan. Tous ceux situés en dessus et en dessous n'étant pas alignés.




Repérer la ligne d'horizon 2


Repérer la ligne d'horizon sur des sujets de formes variées.

Cas d'un château du XVe siècle avec ses tours rondes et prise de vue en forte contre-plongée.
Trouver la ligne d'horizon semble compliqué.
En fait, il suffit de chercher sur la première tour la ligne où les lits de pierre passent d'un tracé concave à un tracé convexe: C'est la ligne d'horizon !



Tous les éléments horizontaux, quelle que soit leur orientation, situés sur la ligne d'horizon sont sur un même plan et apparaissent donc confondus sur une même ligne.
A l'opposé ils apparaissent suivant des lignes divergentes ou des arcs d'ellipse s'ils sont sur des plans différents de celui de la ligne d'horizon.
Cela s'applique à toutes les formes (parallélépipède, cylindre, sphère, cône…). 

Il faut toutefois s'assurer que les éléments contigus sont bien sur un même plan horizontal, ce qui n'est pas toujours le cas sur les bâtiments historiques.


Sur le dernier exemple les deux tours de l'entrée n'ont pas leurs lits de pierre au même niveau, ce qui explique pourquoi la ligne d'horizon est au milieu d'un lit d'un côté et sur un joint de l'autre. 



Repérer la ligne d'horizon 3


La correction de la Perspective






La vision humaine est binoculaire alors qu'un appareil photo est monoculaire. A quoi l'on peut ajouter que l'homme possède un processeur de traitement de l'image particulièrement performant: le cerveau.  
Les règles de la perspective sont connues depuis la renaissance et les peintres les ont toujours strictement appliquées depuis.
Les verticales sont toujours représentées réellement verticales (toutes parallèles) et les horizontales fuyantes (non parallèles).

Accepter une vision en plongée ou contre plongée avec les verticales fuyantes est un phénomène récent apparu avec l'invention de la photographie. Quoique les premiers photographes prenaient bien soin de l'éviter avec les chambres à décentrement.

A contrario, l'iconographie cinématographique et publicitaire a usé et abusé de cette vision plongée / contre-plongée qui a fini par sembler naturelle... alors qu'elle ne l'est pas du tout !
Avant les logiciels de correction et en l'absence d'objectif à décentrement l'effet était inévitable.

Faut-il corriger complètement la perspective ?
Logiquement oui, puisque c'est ainsi que le cerveau humain voit la chose.
Pendant des siècles les peintres ont peint des scènes avec les verticales bien parallèles, et personne alors n'aurait affirmé que cela n'est pas naturel.

Les photographes de monuments utilisent des objectifs à décentrement à cette fin.
Aujourd'hui les images sont partout et l'on devrait considérer dans quelle position l'image nous est présentée.
Pour une photo posée à plat le cerveau attend naturellement des verticales 
fuyantes, alors que affichée sur un mur, les verticales parallèles sont conformes à la vision normale.


Corriger complètement, ou non, reste un choix qui incombe à l'auteur de la photo.
Parfois corriger totalement la perspective s'impose: photo descriptive ou architecturale, préparation d'un panoramique, etc...
Pour les autres cas il faut considérer l'utilisation qui sera faite de l'image, le format de sortie, et bien sûr ses goûts propres !

Il est conseillé de complètement corriger les tirages destinés à être exposés.

Si la correction partielle est retenue il est impératif de faire une correction complète parfaite avant de la moduler.
Une correction simplifiée et/ou non symétrique est vite détectée à la lecture.


Prévoir la correction de perspective dès la prise de vue
Il est important de prévoir la correction dès la prise de vue en prenant en compte la perte d'informations sur les bords.

Les points à respecter (voir illustration "Prévoir la correction dès la prise de vue"):
* Les lignes virtuelles "encadrant le sujet" (en rouge sur l'illustration) de chaque cotés doivent impérativement être contenues dans la "limite inférieure du cadrage". Autrement dit, conserver une marge (en orange) avec les bords de l'image. Ainsi toutes les horizontales se croiseront à l'intérieur du cadre de l'image corrigée. 
* Ne pas coller le sujet aux bords de l'image. Prévoir une marge adaptée au sujet et à son environnement
* Caler le mieux possible l'horizontalité, par exemple en s'assurant qu'un élément vertical du sujet au centre du cadrage soit bien vertical dans le viseur

Observer les particularités du bâtiment
Il est important, lorsque l'on cadre des monuments historiques, de repérer les défauts sévères de verticalité et désalignement qui peuvent exister.
Autre piège fréquent,  les contreforts et arcs-boutants sont le plus souvent de section variable en fonction de leur hauteur, et ne sont donc pas verticaux.


Sur cette vue d'église certains éléments semblent bancals.
La façade du transept et le clocher ne sont pas alignés
en réalité.
Ici, il ne faut donc pas se baser sur les contreforts pour définir la verticale mais sur la façade en retrait avec les bords des vitraux.


Exemple d'une photo se présentant mal à la correction de la perspective.
Si l'idée était d'inclure dans la correction les tours de gauche et de droite avec le "manque d'air" de chaque côté c'est raté.
Cette prise de vue ne respecte pas les critères pour une correction de perspective réussie. 




  Prévoir la correction dès la prise de vue

Photo cadrée trop serré à la prise de vue

   
La correction Automatique de la Perspective et le Recadrage


Rappel: La correction automatique de la perspective ne nécessite pas la correction préalable de l'horizon.
S'il a été modifié automatiquement la position du curseur d'horizon est réinitialisée.

La réussite de la correction automatique de la perspective dépend de plusieurs critères.
* Présence de suffisamment d'éléments verticaux et/ou horizontaux
Absence d'éléments perturbateurs (lignes marquées non horizontales ou verticales)
ViewPoint donne de très bons résultats si ces conditions sont réunies.


Depuis la palette "Perspective" 
- ViewPoint: Bouton "Auto"
- PhotoLab: Baguette magique

Cette image corrigée ne pose pas de problèmes particuliers.
Le sujet présente suffisamment d'éléments pour la bonne réussite. L'ampleur limitée du redressement conduit à une faible perte d'informations par le recadrage auto.
La partie la plus à gauche présente un défaut d'alignement horizontal (affaissement). ViewPoint l'a respecté.



Correction Auto de la perspective



Une correction automatique réussie peut tronquer une partie importante du sujet.
C'est une situation très fréquente où ViewPoint cale toujours le recadrage sur la partie la plus étroite de l'image (généralement en bas, la plupart des photos de bâtiments étant réalisées en contre-plongée).
Il faut recadrer, et parfois définir un ratio d'image différent.

Depuis la palette "Recadrage"  
- ViewPoint: Choisir "Personnalisé" dans la liste déroulante, puis entrer le ratio L/H
- PhotoLab: Choisir ou entrer directement la valeur L/H dans la case "Ratio de l'image"

ViewPoint uniquement: La case à cocher "Contraindre dans l'image" oblige le cadrage à rester dans la zone de l'image.

Dans cette illustration la correction de perspective à appliquer est conséquente. ViewPoint ne rencontre aucun problème avec la correction automatique. Par contre, le recadrage Auto masque la partie supérieure du sujet.
Le ratio 3:2 d'origine a été conservé au prix de quelque compromis sur le bas et en haut de l'image. Le choix du ratio dépend parfois de contraintes externes telles que la cohérence d'une série ou la compatibilité avec un format de tirage standard. Le format 4:3 est souvent une bonne option. Dans des cas de redressements très sévères, il est fréquent que le ratio 1:1 soit la seule option possible.


Il est possible de conserver la totalité de l'image, zones noires comprises, pour des retouches ultérieures dans Photoshop, ou un autre éditeur de pixels (Affinity Photo...).



Correction Auto de la perspective et recadrage manuel



Limiter la correction auto à l'une des directions Verticale ou Horizontale
  
Cette limitation dans les directions permet de conserver l'automatisme de la correction de la perspective.


Depuis la palette "Perspective" 
- ViewPoint: Liste déroulante "Auto Correct"
- PhotoLab: "Mode auto" - Choisir la direction souhaitée:
   - Verticales & horizontales (défaut)
   - Verticales uniquement 
   - Horizontales uniquement







Pour cette illustration, la correction par les verticales uniquement est celle qui se rapproche le plus d'une correction exacte.



Limiter la correction auto à l'une des directions Verticale ou Horizontale



Moduler l'intensité de la correction
Par défaut la correction automatique est complète (100%), c'est à dire que les directions sont parfaites. Il est possible de diminuer son effet avec le curseur "Intensité".


D
epuis la palette "Perspective" 
- Agir sur le curseur "Intensité"


Cette situation relativement fréquente est significative des limites de la correction automatique. Elle semble réussie alors qu'elle n'est pas conforme aux règles de la perspective. Ou bien, elle n'est pas agréable à l'oeil.

S'il ne s'agit pas d'une image essentielle, diminuer l'intensité de la correction automatique conduit à un compromis acceptable.



L'illustration présente des modifications suivant une intensité de 100% - 80% - 50%
La prise de vue n'étant pas perpendiculaire au sujet il devrait donc y avoir des horizontales fuyantes (ici vers la droite).



Moduler l'intensité de la correction


La correction de la Perspective à l'aide de lignes et points

Correction de la perspective par les verticales

Depuis la palette "Perspective"  
- ViewPoint: Bouton "Forcer les parallèles verticales"
- PhotoLab: Bouton "Forcer les parallèles"
ViewPoint uniquement: La touche Tab[ulation] permet de naviguer d'un repère à l'autre.

* Les droites choisies doivent se situer de préférence sur le même plan vertical pour une meilleure qualité de correction (même façade d'immeuble, …).







Les arêtes des façades sont sur un même plan vertical alors que très éloignées. 
Pour plus d'exactitude il est préférable de se caler sur des verticales situées à peu près à égale distance du point de vue. L'image est ensuite finalisée par ajustement du recadrage.



Correction de perspective par les verticales



Correction de la perspective par les horizontales
Contrairement à la correction par les verticales qui est d'usage courant, la correction par les horizontales est limitée à quelques cas. En redressant les fuyantes (qui deviennent ainsi parallèles) elle ne respecte pas les règles de la perspective.
Son champ d'application concerne les sujets cadrés presque de face (mais pas tout à fait). L'axe vertical de prise de vue (plongée ou contre-plongée) doit également être suffisamment limité pour ne pas présenter de fuyantes verticales trop importantes (autrement il est préférable d'utiliser la correction 8 points).



Depuis la palette "Perspective"  
-
ViewPoint: Bouton "Forcer les parallèles horizontales" 
- PhotoLab: Bouton "Forcer les parallèles" - rendre horizontales les lignes de l'outil



L'illustration montre à la fois l'intérêt d'une telle correction, une vue plus équilibrée du sujet, et ses limites, la déformation induite sur la tour du second plan.



Correction de perspective par les horizontales


Correction de perspective par le rectangle
Cet outil est destiné à redresser tout sujet carré ou rectangulaire pris selon un angle quelconque. Ce qui conduit à passer d'un point de vue de biais à une vue rigoureusement de face.

Depuis la palette "Perspective"
-  Bouton "Rectangle"

Le redressement de la perspective entraîne nécessairement une dégradation de la qualité de l'image dans les parties les plus étirées. Même si ViewPoint se comporte plutôt bien dans cet exercice, il est préférable de se limiter à des angles raisonnables de prise de vue.


* Il est impératif que le sujet à redresser soit plat.
Cela ne concerne qu'un nombre limité de cas mais pour lesquels la fonction est d'un très grand intérêt. En particulier parce que les proportions d'origine du sujet (rapport d'aspect Largeur / Hauteur) sont restituées correctement.
* Le photographe doit prévoir lors de la prise de vue le redressement en un rectangle parfait. Il est alors recommandé d'aligner le côté du sujet le plus proche avec le bord du cadre afin de maintenir la qualité de l'image.
* De plus, pour les vues à courte distance prises avec un angle important, il peut y avoir également des problèmes de profondeur de champ insuffisante entre les bords proche et éloigné.

Cas typique d'une correction par le rectangle; la photographie d'œuvres exposées.



Correction de perspective par le rectangle



Correction de perspective 8 points
Cet outil combine les possibilités de la correction par les verticales (correction de perspective) et de la correction par les horizontales (redressement des horizontales d'un sujet pris "presque" de face) avec l'avantage de pouvoir prendre en compte des plans différents.
Le champ d'application concerne les sujets avec une scène principalement frontale prise en en plongée ou, plus généralement, en contre-plongée.
Le cas typique est une cour intérieure avec une façade centrale vue "presque" de face et ses murs en retour.



Depuis la palette "Perspective"
- Bouton "8 points"


La vue intérieure en contre plongée n'a pas été prise exactement dans l'axe, d'où les fuyantes horizontales sur le transept. La correction 8 points permet de redresser à la fois les verticales et les horizontales du transept, y compris le défaut d'horizontalité à la prise de vue.



Correction de perspective 8 points 1



Une utilisation particulière de la correction 8 points est de ne pas utiliser les quatre lignes de l'outil. Le plus souvent une seule ligne suffit à définir l'horizontale pour un résultat rapide et très satisfaisant.

Dans l'illustration les deux verticales sont imposées sur les extrémités des façades (pour améliorer la précision du redressement).  L'horizontale inférieure est calée sur la ligne d'horizon et l'horizontale supérieure est déportée (sans modifier sa direction) vers le haut de l'image afin de réduire son influence au minimum.



Moduler l'intensité des corrections de perspective par lignes et points

Comme pour la perspective automatique il est possible de diminuer l'effet des corrections avec le curseur "Intensité" pour plus de réalisme.



Correction de perspective 8 points 2


La correction Manuelle de la Perspective

Son domaine d'application est réduit. Elle est principalement destinée aux utilisateurs experts qui souhaitent avoir la main sur l'ensemble du processus de correction.

Une correction manuelle réussie donne le meilleur résultat possible qui peut être très proche de ce que permet un objectif à décentrement. 
Ces réglages manuels peuvent également être utilisés pour affiner une correction automatique imparfaite en ne reprenant qu’une seule de ces composantes (haut / bas + gauche / droite).



La correction manuelle de perspective doit être précédée de la correction de l'horizon.


Correction Haut / Bas
C'est le réglage essentiel de la correction de perspective utilisé dans la majorité des cas.
L'image bascule autour de son axe horizontal médian.

Depuis la palette "Perspective"
- outil "Haut / Bas"
   - vers la gauche (Haut): le haut de l'image prend plus d'importance; redressement d'une photo prise en contre plongée (cas le plus courant)
   - vers la droite (Bas): le bas de l'image se dilate; redressement d’une photo prise en plongée


Il est intéressant de redresser en désactivant conjointement l'outil de recadrage afin de voir l'étendu de l'effet.


Observer le phénomène en appliquant la correction ET en activant en même temps le recadrage manuel:
- Déplacer le curseur vers la gauche. L'impression est d'élargir l'image dans sa partie supérieure alors qu'en fait elle est aussi compressée dans sa partie inférieure.
 
* Il est fortement recommandé d'utiliser la grille pour affiner la précision en se basant sur les éléments latéraux.
Veiller à une correction symétrique où les verticales sont parfaitement corrigées à gauche comme à droite. Si ce n'est pas le cas cela signifie que la ligne d'horizon n'est pas parfaitement horizontale sur l'image.
Un léger défaut peut être corrigé en affinant la valeur d'angle (Palette Horizon / Angle).
* Les corrections de l'horizon et de perspective peuvent diminuer fortement la surface utilisable de l'image d'origine. Il est possible d'en récupérer une partie en clonant des zones "neutres" telles que le ciel. Le recadrage est alors plus aéré.
Cela est réalisé avec Photoshop (ou autre) en complément de ViewPoint module externe.

Dans la première illustration il s'agit de finaliser l'image après la correction de l'horizon et de remplacer une partie sombre hors prise de vue originale.


La seconde illustration présente un cas où la correction automatique et la correction par lignes verticales échouent car les verticales de référence sont proches et du même côté de l'image. La correction Haut / Bas est parfaitement adaptée, les rares verticales disponibles suffisent à une correction parfaite.



Correction Haut / Bas 1

Correction Haut / Bas 2


Correction Gauche / Droite
La correction Gauche / Droite s'utilise essentiellement pour les photos de bâtiments lorsque l'axe horizontal de visée n'est pas parfaitement perpendiculaire à la façade.
Cette situation se présente fréquemment lorsque le point le plus reculé disponible pour la prise de vue n'est pas dans l'axe de la façade. Les horizontales présentent alors des lignes de fuite non désirées.

Cette correction doit intervenir après la correction de perspective Haut / Bas et doit toujours être modérée pour rester naturelle. 
D'autres utilisations sont possibles pour des rendus plus créatifs sans la contrainte d'un rendu réaliste où la correction peut être bien plus importante.

Depuis la palette "Perspective"
- outil "Gauche /
Droite"
   - vers la gauche: l'image se tasse sur la droite.
     La hauteur des sujets à droite de l'image diminue

   - vers la droite: effet inverse. les sujets à droite de l'image prennent plus d'importance

* Cette correction sert aussi à rééquilibrer les proportions entre deux personnages dont l'un est en retrait. 

Le point de vue de cette illustration se situe légèrement à droite du sujet. Les horizontales ont un point de fuite vers la gauche alors que l'on s'attend à ce qu'elles soient réellement horizontales. Après avoir corrigé la perspective verticale, la correction Gauche / Droite redresse les horizontales. Le but étant d'inscrire la façade dans un rectangle au lieu d'un trapèze. 



Correction Droite / Gauche


Rapport Horizontal / Vertical
Cet outil modifie les proportions relatives largeur / hauteur d'une image lorsque le redressement de la perspective avec les outils de ViewPoint perturbe les proportions du sujet. 
Son effet est très (trop) rapide. Il est à utiliser avec parcimonie pour rendre son naturel à la scène.

Depuis la palette "Perspective"
- outil "Rapport H/V"
    - vers la gauche, tasse l'image qui perd un peu de hauteur
    - vers la droite étire l'image, toujours sur la hauteur

* Modifier le rapport H/V a une incidence sur le ratio initial de l'image. Il peut être rétablit avec l'outil recadrage. 


L'utilisation peut être détournée afin d'affiner la silhouette du modèle en plan en pied. 

Il est tentant d'augmenter la hauteur de l'édifice en modifiant le rapport H/V pour rendre l'impression de la prise de vue (liée à notre vision en relief).
L'image redressée est parfaitement conforme aux proportions réelles de la façade. Mais la hauteur des tours semble diminuée pour une raison logique de perspective. Placées en retrait de la façade principale elles sont perçues moins hautes.
Dans ce cas on peut jouer sur le rapport H/V pour augmenter la hauteur. C'est un compromis entre réalité et ressenti.


La destination finale de l'image et la manière de la regarder peuvent influer sur le choix de modifier ou non le rapport H/V.
Pour cet exemple une visualisation écran web ou une impression A4 peuvent justifier un léger étirement vers le haut pour insister sur  l'impression de hauteur. Mais cela n'est pas souhaitable pour un tirage grand format destiné à être exposé dans des conditions optimales où le regard est placé au niveau du bas de l'image comme dans la réalité.


Rapport Horizontal / Vertical


La correction de la Déformation de Volume

La déformation de volume se manifeste par une modification de l’aspect des éléments composant la photo qui sont de plus en plus étirés vers les bords de l’image. Elle est caractéristique de l’utilisation d’un objectif grand-angle et s'accroît avec la diminution de la focale utilisée. On commence généralement à la remarquer en dessous de 28mm (format 24x36) et elle devient de plus en plus visible ensuite.

Cette déformation se cumule aux autres déformations liées à l’usage du grand-angle
* La distorsion qui est une caractéristique propre à l’objectif par sa construction
* L’effet de fuite des plans verticaux et horizontaux dépendant des règles de la perspective






Il ne s’agit pas d’un défaut optique. Cette déformation est normale sur les photos prises au grand-angle, et plus encore avec un ultra grand-angle. Son ampleur est fonction de la distance entre le point de vue et les premiers plans cadrés quand cette distance est très faible proportionnellement au champ cadré.
Si on pouvait regarder un tirage (ou une vue écran) en positionnant les yeux exactement à la même position relative que l’appareil photo à la prise de vue (donc très près, le nez collé dessus) on ne percevrait aucune déformation. Mais on ne regarde jamais une image ainsi à cause du recul minimal nécessaire à la vision normale.

* Le choix entre les corrections de type Diagonale et Horizontale / Verticale détermine la réussite visuelle de la correction en fonction du contenu de la photo. 
* La déformation de volume n’est pas linéaire. Nulle au centre de l’image, elle devient de plus en plus sensible en s’en éloignant jusqu’à devenir maximale en bord d’image. La correction en tient évidemment compte. 

Comparaison des deux corrections, recadrage désactivé.
La ligne d’horizon étant située sur l'axe horizontal médian de l’image elle n’est pas déformée par la correction de type Diagonale ainsi que les fuyantes rejoignant sensiblement le centre. Les autres lignes droites sont de plus en plus courbées à l’approche des bords. La correction de type Horizontale / Verticale préserve les verticales de la déformation. Mais la perception des volumes est un peu moins bonne.



  Comparaison des deux types de corrections



La correction automatique
La correction automatique est le fonctionnement normal de cet outil. ViewPoint attribue directement la bonne valeur de correction. Elle peut être affinée avec les curseurs mais il est rare d'y revenir.


Contrairement à la correction auto de la distorsion il n’y a pas d’obligation de disposer du module optique correspondant. Pour la réaliser ViewPoint doit simplement pouvoir trouver dans les métadonnées EXIF les informations dont il a besoin.

La correction manuelle
S’il n’y a pas de métadonnées EXIF (ou si elles ne sont pas correctement renseignées) ViewPoint l’indique dans la palette Déformation de volume. ViewPoint applique une correction standard.

Les deux cas possibles en l’absence de module d’objectif.



  Deux cas possibles en l’absence de module d’objectif


La correction de type Diagonale
C’est la plus précise. Elle part du centre de l'image avec une amplitude qui croît en s’en éloignant. Elle est particulièrement adaptée aux sujets présentant des volumes sphériques au sens large (personnages, têtes, etc.).
Par contre elle déforme les lignes droites en les courbant. La déformation étant maximale pour les lignes longeant les bords du cadre.

- Depuis la palette "Déformation de volume" de type "Diagonale"
La correction est automatique.
L'intensité par défaut (150) correspond à une correction complète. Elle peut être diminuée pour un rendu plus naturel.


Illustration avec un sujet adapté à la correction de type Diagonale placé en bord de cadrage. Focale 21 mm (format 24x36).
Les proportions réelles du sujet sont parfaitement restituées. L’arrière-plan structuré a été choisi pour montrer la déformation subie. Il est toujours préférable d’avoir un arrière-plan neutre en termes de formes géométriques. Sur cet exemple il est peu reconnaissable et d’importance secondaire.
Pour ce type de correction l’ampleur des déformations induites peut conduire à un recadrage sévère qu’il est préférable d’avoir anticipé à la prise de vue. Ce n’est pas complètement le cas ici où la coiffe butte sur le haut du cadre en gardant le ratio d’origine. Passer à un recadrage libre permet de l’aérer légèrement.




Correction de type Diagonale


La correction de type Horizontale / Verticale
La correction tasse l'image depuis l'axe vertical médian vers les bords pour les photos en format paysage (et selon l'axe horizontal pour les photos au format portrait).
Il n’y a pas de courbure des droites. Elle
est à privilégier pour la photo urbaine, monuments, intérieurs de bâtiments, etc.
Elle n'est pas exacte mais mieux acceptée sur ces types de sujets.


En cas de doute sur la correction à appliquer en fonction du sujet, tester le rendu des deux types de corrections aide à déterminer la plus adaptée.
  

- Depuis la palette "Déformation de volume" de type "Horizontale / Verticale"
Ici aussi la correction est automatique si ViewPoint peut accéder aux données EXIF.

- ViewPoint présente automatiquement le bon choix selon l’orientation de l’image originale.
En cas de proposition erronée, il faut échanger les valeurs 100 et 0.

Les valeurs affichées par défaut sont de 100 pour le sens de correction retenu (horizontal ou vertical) et 0 pour l’autre sens. C'est une correction optimisée pour la majorité des situations.
Il est préférable de ne pas modifier (ou très peu) la correction à zéro en raison de l’antagonisme entre les deux sens de réglage.
 
Un sujet type pour cette correction. Focale 22 mm (format 24x36).
La correction redonne leur apparence normale aux éléments situés à proximité des bords. Le problème qui se pose généralement est le choix du recadrage après correction.
Deux options sont possibles: conserver le maximum de surface de l’image avec un recadrage libre, ou en perdre un peu en gardant le ratio d’origine qui est la solution choisie ici, avec un déplacement vers le haut pour améliorer le cadrage.




Correction de type Horizontale / Verticale





Attention à "l'illusion d'optique" !
L’affichage par défaut d’une image dans ViewPoint (comme dans d’autres logiciels) est réalisée en adaptant la plus grande dimension de l’image sur la zone d’affichage disponible. On peut avoir l’impression en appliquant la correction qu’elle se fait en sens inverse de celle attendue.
Par exemple pour une image horizontale comme celle-ci, l’affichage montre une image qui garde la même largeur et qui augmente de hauteur, alors qu’en réalité sa hauteur reste fixe et sa largeur diminue.
On peut le vérifier en relevant les dimensions affichées en pixels. 
 


Le bon réflexe en cas de doute est d’afficher la vue double: Avant / Après.

Avec PhotoLab on peut éviter cette confusion en affichant l’image à une taille fixe (zoom) inférieure à la fenêtre d’affichage.



 
Principe de la correction Horizontale/Verticale et logique du sens des corrections.



Logique du sens des corrections


Application des corrections de volume sur une image
On aborde souvent la correction de déformation de volume en fin de processus. Cette position convient bien aux images nécessitant une correction de type diagonale. A contrario celles relevant d’une correction de type Horizontale / Verticale
sont souvent amenées à subir une rectification.
Cette correction est, en fait, un préalable aux corrections d’horizon et de perspective.


Ceci n’est pas contradictoire avec le principe de fonctionnement d’un logiciel paramétrique tel que Photolab ou ViewPoint où chaque réglage peut être effectué séparément et modifié à n’importe quel moment avant la sortie finale. Certains réglages en conditionnent d’autres.

 

Suite des corrections pour un traitement complet. Focale 17 mm (format 24x36).
Sur l’image finale les voitures du premier plan ont retrouvé leurs proportions normales.

 


Application des corrections de volume sur une image

 
Utiliser les corrections de manière Créative

Il est possible de détourner les corrections géométriques de ViewPoint pour produire une image qui corresponde à une vision plus personnelle.

Par définition il n’existe pas de recette. Tout dépend du rendu auquel on souhaite arriver. Il est toutefois possible de les classer en deux familles:
- le détournement des corrections à but ludique
- l’utilisation plus créative, à visée esthétique ou artistique


Donner un aspect ludique
à une image
Si ViewPoint corrige les distorsions, il est aussi possible de les accentuer pour un effet gag.
Par exemple appliquer un effet fisheye à une image en combinant à l’intensité maximale les corrections de distorsion en coussinet et de déformation de volume, ou à l’inverse, en créant un pseudo effet 3D en partant d’une correction d’objectif fisheye.

Etant donné que l’on part d’une image a priori sans défaut les corrections de distorsion entraînent des déformations inverse à leur appellation; par exemple on crée une déformation en barillet en utilisant la correction coussinet.

Illustration de ces deux propositions. La première visant à donner un effet BD, la seconde à créer un effet relief plus délirant.



Donner à une image un aspect ludique


L'effet miniature

L'effet miniature permet de donner un "rendu maquette" présentant une profondeur de champ très réduite comme ce serait le cas avec une vraie maquette prise en proxi-photo. Il permet aussi la simulation du rendu d’un objectif à bascule où la zone nette de profondeur de champ peut être placée dans le cadre à l’endroit souhaité et avec une orientation quelconque.

L’effet miniature a un champ d’application assez étendu puisqu’il peut être utilisé pour mettre en valeur un sujet net en lui créant un environnement flou. Il est également possible de l’utiliser pour accentuer des zones de flou préexistantes.
C'est avec les sujets pouvant être conçus en maquette qu’il excelle. Les paysages, le plus souvent urbains, s’y prêtent particulièrement surtout lorsqu’ils sont cadrés en plongée avec une zone de ciel limitée.

Cas typique où le rendu maquette peut être obtenu avec des zones de net / flou conformes à un objectif classique ou à celles d’un objectif à bascule.
Dans le premier cas les zones se succèdent horizontalement depuis le premier plan de l’image. Il peut être jugé plus authentique car conforme à la vision habituelle d’une telle image.
Dans le second cas on peut choisir leur orientation. Il est souvent plus spectaculaire lorsque les composantes de l’image s’y accordent.



L' Effet miniature


ViewPoint: Depuis la palette "Effet miniature"
PhotoLab: Depuis la palette "DxO ViewPoint"
- Activer l'outil

Les lignes délimitant chacune des zones de net / flou s’affichent à leur position par défaut.
- Cliquer sur le point central permet de déplacer le groupe de lignes
- Cliquer sur le point d’une ligne en trait continu permet d’agir sur sa position et son orientation

En éloignant la souris de la zone d’affichage graphique les lignes disparaissent permettant de juger l’effet obtenu.

Le comportement de l’outil dépend des options à cocher:
- Position symétrique
- Zones de flou symétriques ou indépendants

ViewPoint: Au passage de la souris sur le point des lignes
s’affiche un curseur permettant de moduler l’intensité du flou
PhotoLab: Le bouton d'activation des zones de flou symétriques est placé entre les deux curseurs d'intensité


La liste de choix "Forme du flou"
règle la qualité du bokeh en simulant le rendu selon le nombre de lamelles d’un diaphragme et son incidence sur les transitions.
Il est préférable de choisir l’affichage à 100% écran pour en juger.
L’option par défaut "Circulaire" est une bonne base de départ.


Illustration du rendu maquette où il s’agit d’adapter les zones nettes et de transition à la géométrie de l’avion. La ligne supérieure est calée au plus près afin de limiter les zones de l’arrière-plan qui resteront nettes tout en incluant la totalité du sujet principal.
Important: le sujet doit être entièrement net sous peine de détruire l’effet. Ainsi les sujets irréguliers de forme ou présentant des excroissances importantes ne sont pas adaptés. Ce serait le cas ici si l’empennage n’avait pas été inclus dans la zone nette.
Pour accentuer le rendu les zones de transition ont été réduites et l’intensité du flou augmentée.



L'outil "Effet miniature"




Possibilités d’utilisation de l’effet miniature


Ces illustrations montrent quelques cas variés d’utilisation de l’effet miniature.
Pour certaines l’intensité du flou a été exagérée pour mettre en avant l’effet.


L'intensité doit être adaptée selon la destination de l'image; forte pour un affichage écran de petite taille pour le web, plus douce pour une impression de grande dimension.



Possibilités d’utilisation de l’effet miniature


Compléter l’effet miniature

Pour certains sujets Il est possible d’aller plus loin dans le rendu maquette avec DxO FilmPack.

L’idée était de simuler de manière la plus réaliste possible les photos de réseaux ferroviaires miniatures tels qu’on pouvait les voir dans les revues spécialisées des années 1970.
ViewPoint a été utilisé pour accentuer légèrement la perspective de plongée et pour l’effet miniature puis DxO FilmPack pour retrouver la dominante couleur typique due à l’utilisation de films lumière du jour sous éclairage tungstène et ajouter le cache de diapositive.



Compléter l’effet miniature


Utiliser l’effet miniature sur une image classique

Il est possible de tirer profit de cet effet pour améliorer une image classique dont on cherche à mettre le sujet principal en valeur.
Pour un rendu plus naturel les zones de transitions seront à agrandir sensiblement et l’intensité du flou devra être nettement diminuée.

Ici le premier plan est assez présent et son intérêt secondaire. Il est estompé en dosant l’intensité du flou pour que l'effet reste crédible. Le réglage de la forme de flou sur 6 lames permet de conserver un flou un peu plus structuré, lui aussi plus réaliste.
Le ciel a également été traité en conservant nette la zone la plus intéressante.



Utiliser l’effet miniature sur une image classique





DxO ViewPoint 3 - Gérard THOMAS et Pascal PELE - Avril 2019

<<< HOME   Tutos DxO ==